Privatiser un hôpital public !

L'objectif, l'ADN, la raison d'être d'une entreprise privée, c'est la réalisation de profits.

Peut-on imaginer qu'un hôpital public dont la mission première est de soulager les maux des patients qui s'y rendent, puisse avoir des objectifs de rentabilité financière ?

Et dans ce cas, comment y parvenir, alors que d'ores et déjà les optimisations, en matière de personnel par exemple, font que les prestations y sont "limites"

Et bien oui, on peut l'imaginer, l'envisager, comme pour l'hôpital public de LONGUE (entre Angers et Saumur), "ouvert" à la privatisation. Son équilibre financier actuel n'est pas assuré et il emploie des fonctionnaires (80). Dans ces conditions, par quel miracle une offre privée peut-elle présenter sa candidature (groupe "le noble âge) ?

Application de la Recette libérale, dans un premier temps, la pompe à fric public va être mise en route pour abonder l'actionnariat, puis le management des employés fonctionnaires va faire en sorte qu'il "disparaissent" d'une manière ou d'une autre (voir le traitement fait au personnel fonctionnaire d'Orange, ex France Télécom) !